TOP

Visiter le Sénégal

Mar Lodj, l’autre visage d’un paradis

Chers lecteurs,

Toujours dans ma découverte du Sine-Saloum, et après un séjour de quelques jours à Palmarin, j’ai fait halte à Mar Lodj à l’hôtel Farakaba.

La destination Sine Saloum est très exportée à l’étranger, et ayant découvert certaines zones il y a quelques années, quoi de plus normal que de connaitre les petites îles très sollicitées ? C’est donc avec un enthousiasme avéré que j’ai pris départ de Palmarin, en passant par Fimela puis Ndangane pour faire la traversée, direction Mar Lodj. Après environ 30 minutes de trajet avec la pirogue communautaire (le courrier), j’emprunte une charrette pour me rendre au campement.

Le Farakaba, est un petit campement villageois au bord du fleuve, construit dans un style mi – traditionnel, mi – moderne. Il se trouve entre le Bazouk du Saloum, qui est également un cadre très cosy et convivial, et le campement Nouvelle Vague. Les chambres, assez spacieuses offrent un confort moyen pour les petits voyageurs. La cuisine y est très appréciée, en plus d’être diversifiée de la cuisine africaine à la cuisine européenne et à moindre coût. Des hamacs, dispersés çà et là dans l’établissement, ou au bord de la plage, permettent de profiter d’un instant de calme, pour se prélasser à l’ombre.

Le village de Mar Lodj se décline en plusieurs petits quartiers. Malgré le fait qu’il ne soit pas encore électrifié, les villageois ont pu profiter de certains programmes de développement afin d’avoir accès à l’énergie solaire. Certains hôtels de la place sont particulièrement sensibles à ce détail, et accordent une importance primordiale à l’utilisation de cette énergie. Ne soyez donc pas étonnés si durant votre séjour dans un campement, vous ne pouvez pas recharger votre téléphone le soir. N’ayez cependant crainte, vous aurez accès à la lumière et au ventilateur (pour le cas du Farakaba).

Cet aspect en soi n’a pas été un handicap durant mon séjour vu qu’il permet justement de faire un break avec la technologie, le besoin de partager sur les réseaux sociaux et, surtout c’est un rappel de nos addictions aux gadgets technologiques (ordinateur, téléphone), d’où le manque de socialisation de nos jours.

Et surtout de profiter du cadre…

Le lendemain, je prends contact avec le bureau d’information touristique qui est à quelques minutes du campement afin de prévoir une visite du village. Benjamin me servira de guide, accompagné d’un de ses acolytes charretier, et de Guyabert « El Rey, El Cavallero », très beau cheval orné d’une charrette rouge.

Guyabert entame sa descente vers le centre du village, au quartier de Ndoumbelane, où je fais la connaissance de la famille d’Anne Marie Faye, qui tient une maison d’hôtes et un bar restaurant familial, très chaleureux.

Nous continuons après les salamalecs vers l’extrémité du village, en direction du Cap Marniane, un lodge sur pilotis, construit en bordure de fleuve, face à d’énormes canons de l’époque coloniale. Ce campement, très reculé, n’est accessible que par pirogue directement, ou par charrette après une traversée d’environ 15 à 20 minutes après le centre du village de Mar Lodj. Une partie du campement a été construite « les pieds dans l’eau« , et offre une vue imprenable lors des marées hautes.

La visite se poursuit vers le centre de l’île, pendant que nous traversons des champs, une forêt de rôniers et de fromagers, avant d’arriver vers les baobabs sacrés du village. Ici, le mystique revêt une autre importance, et le guide nous rappelle l’importance d’un retour aux cultures ancestrales africaines, malgré la présence de la religion et de la modernité.

La prochaine étape de la visite est la découverte du Tam-Tam téléphonique, très présent dans le village. Haut d’à peu près 1.50 mètres, il sert à annoncer les évènements marquants du village: décès, réunion, … Seuls les hommes ayant subi l’épreuve du Bois Sacré peuvent y accéder et déclencher la résonance particulière à chaque évènement.

Cette longue découverte se termine par la visite d’un centre d’attraction qui revêt une importance historique : l’église. Les missionnaires qui sont passés par l’église de Mar Lodj y ont été particulièrement appréciés et ont laissé leur empreinte dans l’esprit des populations.

Les hôtels de Mar Lodj ont une particularité qui fait leur charme : ils disposent quasiment tous d’un ponton avec une petite terrasse au bout.

IMG_20171228_214900_081.jpg

Vous hésitez encore à découvrir Mar Lodj ?

Ce coucher de soleil devrait vous faire changer d’avis !

20171228_190432.jpg

Post a Comment

You don't have permission to register